Web A Version

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 17 mars 2012

L'anonymat, un luxe de célébrités ?

Les "réseaux sociaux", de Facebook à Twitter, proposent aux personnes célébres d'authentifier leur compte afin de rédure le risque d'usurpation de leur identité.

Dans une nouvelle publiée sur Clubic.com le 16 février 2012, on apprend que Facebook va plus loin :

  • Les possesseurs d'un compte certifié ont le droit d'utiliser un pseudonyme (alternate name).
  • Ils bénéficient d'une version spéciale du bouton d'abonnement à leurs sites, plus agressivement proposée dans les listes d'abonnement, et qui n'implique pas que les abonnés deviennent amis automatiquement
  • C'est Facebook qui se charge de contacter les comptes potentiellement intéressés par ces superfonctionnalités et opére les vérifications à partir de documents légaux à fournir.

Dans cette proposition, nous reconnaissons la logique sélective classique des annuaires de personnalités, célèbres, riches, puissants. Au delà, Facebook attribue un pouvoir spécial à ces personnalités pour qu'elles s'attirent plus aisément la fraternité du commun des mortels sur le "réseau social", tout en leur permettant de se dissimuler pour ne pas être importunées.

C'est la décalcomanie des pusillanimités de nos sociétés réelles.

Quelle superbe preuve a contrario de nos thèses !

Un "réseau social" à prétention universelle tel que Facebook ne peut être qu'une extension de la société réelle, avec la migration de ses pesanteurs et la reproduction de ses privilèges - et ceci du fait même de sa visée généraliste selon les idéaux des dirigeants et organisateurs dudit "réseau social".

Nous affirmons qu'au contraire et à l'évidence pour aller vers une collaboration authentique entre les personnes et ouvrir de nouveaux territoires de l'esprit, une société virtuelle doit se constituer sur des finalités limitées, comprises et acceptées par ses membres. Que le fonctionnement d'une société virtuelle se structure sur des conventions, des projets, des règles de comportement qui découlent strictement de ses finalités et rien d'autre. En particulier, concernant l'expression de l'identité des personnes, si les finalités ne supportent pas ou ne nécessitent pas la reconnaissance des notabilités de la société réelle - ce qui sera le cas général - l'identité personnelle dans une société virtuelle doit dissimuler ou ne pas faire état du statut social "réel".

Par exemple, dans une société virtuelle consacrée à l'échange d'expérience autour d'une expertise technique, l'identité personnelle peut se définir par une forme amaigrie et adaptée de curriculum vitae anonyme. Peu importe que l'on puisse reconnaître telle ou telle célèbrité d'après son cv, le dialogue entre les personnes se fera sur la base des caractéristiques affichées dans leurs cv, rien d'autre, et selon les règles spécifiques de dialogue dans la société virtuelle considérée.

Autrement dit, à l'inverse de notre monde Facebook (ou autre) en miroir de lui-même, l'anonymat ne doit pas être un luxe mais un droit constitutionnel des sociétés virtuelles.

samedi 17 septembre 2011

La société machinale des "visiteurs du soir"

Les Visiteurs du Soir, en anglais The Devil's Envoys, est un film fantastique moyen-âgeux de Marcel Carné sorti en 1942 pendant l'occupation allemande.

Les visiteurs du soir, ce sont les troubadours qui arrivent à la cour enjouée d'un baron châtelain pour demander son hospitalité. Ce baron va marier sa fille à un autre noble des environs. Mais les troubadours sont deux séducteurs, un homme et une femme, plus un personnage qui est le diable...

Le film raconte la machination diabolique, le jeu des séductions croisées et des jalousies, l'éclatement de la haine, le duel à mort des deux nobles chevaliers en grande pompe devant leur cour au complet, la fuite du baron avec la troubadour séductrice, etc. En revanche, le diable échoue face à l'amour pur qui s'est déclaré entre le troubadour et la fille du baron. La dernière scéne montre le diable fouettant avec rage le couple qu'il vient de prétrifier mais dont il croit entendre encore battre les coeurs.

Si seule la pure passion peut résister au diable, il n'est pas étonnant que la censure de l'époque ait autorisé la parution du film.

Le film ne comprend pas d'effets spéciaux au sens actuel, en tous cas pas de gouffre infernal ni d'apparition démoniaque, mais la reconstitution historique apporte son lot d'étrangetés et de jolies barbaries. Les suggestions infernales sont présentes dans les images, le diable est parfois menaçant en paroles, et périodiquement, une ronde d'enfants vient perturber les personnages par des comptines piquantes.

DSCF0118.JPG

A présent, on peut voir ce film célèbre de divers points de vue, pas seulement au plan de la forme mais surtout sur le fond.

Conformément sans doute à l'idée du scénario d'origine, si l'on admet que les personnages sont des victimes manipulées par les visiteurs du soir, alors le diable est le maître du jeu, le seul à développer un projet (en l'occurrence un projet de destruction). Il est de fait l'unique personnage puique les autres sont réduits à l'état de pantins. On ne peut pas croire à son échec final. Peu importe d'ailleurs. Car alors ce film ne nous dit plus rien.

A l'inverse, nous pouvons choisir de voir ce film comme le déploiement d'une révélation sadique. C'est alors la mécanique humaine de la pesanteur sociale, mais aussi l'engrenage des sentiments naturels et des passions libérées qui nous sont décrits. Le diable, dans cette affaire, ne sert pas à grand chose au-delà d'un rôle d'entremetteur cabotin et de quelques suggestions infernales pour le décor. Attention aux chocs sur notre petit confort mental dans notre société machinale, nous n'éviterons pas les étincelles des rapprochements avec telles ou telles péripéties de nos propres existences !

Notre grand écran TNT, notre box Internet, notre portable à tout faire... sont-ils nos visiteurs du soir ?

mercredi 6 juillet 2011

La presse informatique, rien que de la pub ?

Voici un lien vers le site d'un journal de technique informatique, peut-être le meilleur en Europe : http://www.heise.de/ct/

Ce journal est en allemand. Ce n'est pas un hasard. En Allemagne, il est possible et normal de faire carrière dans la technique et de devenir dirigeant d'entreprise en tant que technicien; c'est l'une des raisons de la solidité des PME familiales allemandes. On trouve dans ce journal des articles de fond sur les technologies informatiques, des réflexions prospectives, des critiques, toujours à base d'arguments techniques. Tout le domaine de l'informatique est couvert, de la puce électronique aux questions sociales.

Une presse d'informatique technique survit en France au travers de publications spécialisées de faible diffusion et de sites web dispersés, consacrés à certains langages informatiques, aux astuces de "pirates", aux variantes de Linux, etc.

En parallèle, les publications de grande diffusion restent à un niveau grand public, parfois même à la limite du publireportage.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Pourquoi un organisme public, une université... n'éditerait pas un journal en français à partir de sa propre veille technologique sur tout le domaine de l'informatique, technique et social ?

La production d'un tel journal et sa diffusion numérique ne coûteraient pratiquement rien; c'est la matière grise qui ferait la valeur ajoutée.

Mais c'est aussi cette matière grise dont la rareté pourrait poser problème :

  • avons-nous encore les compétences pour réaliser un tel projet en langue française (autrement qu'en reproduisant une matière fabriquée ailleurs, avec 6 mois de retard) ?
  • osons-nous prétendre que l'informatique ne représente aucun enjeu particulier dans notre pays ?
  • osons-nous affirmer qu'un tel journal n'intéressera définitivement personne dans toute la communauté de langue française ?
  • ...

lundi 13 juin 2011

Réseaux sociaux pour quelles sociétés ?

Les sociétés virtuelles des réseaux sociaux sont les jouets technologiques d'une société affreusement réelle, une société dominée par le gaspillage, l'idolâtrie de la croïssance matérielle et la folie du pouvoir. D'ailleurs, le fonctionnement de ces réseaux sociaux provoque un gâchis énergétique considérable.

Jetez-vous sur la Postface page 241 du bouquin ci-dessous si vous le trouvez quelque part (NB. Le lien http://www.ippolita.net/ est mort et de toute façon la version téléchargeable ne contenait pas la Postface de mars 2011). Elle contient une analyse bien féroce des réseaux sociaux.

ippo.jpg

A l'opposé, de vraies sociétés virtuelles seraient forcément des créations sociales innovantes et décentralisées.

Pour créer des sociétés virtuelles sur le Web, nous n'avons (presque) pas besoin de nouveaux outils, mais d'imagination, afin établir les fondations sociales, les règles de fonctionnement adaptées aux finalités de chaque nouvelle société virtuelle.

L'une des difficultés premières est celle du mode de dialogue entre les personnes dans le cadre de chaque société, pour ses finalités propres. Les nouvelles technologies, l'instantané, le spontané, ne sont pas toujours la solution pour instaurer un dialogue utile, même dans un cadre restreint à la famille, au voisinage, à une profession.... Ce sont de nouvelles formes de dialogues entre les personnes qu'il faut inventer, en tant que nouveaux modes de communication, après le langage des signes, la parole et l'écrit.

Photo_153.jpg

Où sont les spécialistes des sciences humaines, les philosophes... capables de proposer une réflexion et d'expérimenter dans ce domaine des sociétés virtuelles ?

dimanche 12 juin 2011

Web ou pas ?

A l'origine, le Web est un univers décentralisé. Dans cet univers, chaque ordinateur connecté peut être un fournisseur d'informations.

Autrement dit, dans cette logique première, nous devrions tous avoir au moins un site web personnel !

L'Internet qu'on nous vend, c'est tout autre chose. C'est un monde merveilleux de services mis à notre disposition, y compris le téléphone, la télévision, les vidéos à la demande (pour ceux qui ont le "haut débit").

Et, plutôt que de nous inviter à créer notre propre site web, on nous offre un abri préaménagé dans un "réseau social" à la mode. Passons sur le constat que, techniquement, cette offre de "réseau social" ne fait qu'emballer des services déjà existants par ailleurs au détail sur le Web, et admettons que cet emballage constitue en soi un progrès. Le fait est que notre site "socialisé" se trouve alors physiquement à l'autre bout du monde, et que tout le trafic associé à ce site représente un gâchis, car ce trafic est à 98% d'intérêt local ou régional. Oui, beaucoup de petits gâchis font un très gros gâchis à l'échelle de la planète. Et cette centralisation de toutes nos oeuvres et relations individuelles sous une forme standardisée nourrit une énorme machinerie d'arrière plan, qui analyse statistiquement nos centres d'intérêt, nos comportements, nos réactions aux thèmes de propagande du jour, etc.

Photo_291.jpg

Voici un lien vers une conférence étonnante http://www.fdn.fr/internet-libre-ou-minitel-2.html donnée par Benjamin Bayart sur le thème "Internet libre, ou Minitel 2.0 ?". La qualité de la vidéo n'est pas extra, mais le discours sort vraiment du ronron ordinaire. On apprend beaucoup sur l'histoire d'Internet et son évolution récente, d'un point de vue inhabituel, celui d'un fournisseur d'accès à l'esprit libre. Accrochez-vous, cela vaut la peine.

jeudi 9 juin 2011

Moteur de recherche à notre service ?

Pour que mon site personnel soit bien vu des moteurs de recherche, je dois respecter des règles expliquées dans des guides et documents (d'ailleurs passablement incohérents s'ils ont été rédigés à des époques légèrement différentes).

Et, si je me prends au sérieux, je vais acheter d'abord des conseils plus affutés et plus tard, plus cher encore, des listes astucieuses de mots clés sélectionnés en fonction des statistiques de requêtes, afin que mon site sorte automatiquement dans les premiers !

N'est-il pas étonnant que personne ne s'élève contre cette logique et ce commerce ? On pourrait pourtant y voir à la fois une atteinte à la liberté d'expression et l'instauration d'une sélection par la richesse.

Photo_278.jpg

A l'inverse, un moteur de recherche, s'il était conçu comme un vrai service à l'usager, permettrait à cet usager de définir lui-même dans quelle mesure son site doit être indexé, et lui présenterait, pour ce faire, en temps réel, le résultat d'indexation de son site ainsi que des conseils sur les moyens d'en faire ressortir l'originalité.

Nous voyons bien que ce n'est pas de cela qu'il s'agit dans le Web actuel...

page 2 de 2 -