Web A Version

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Science-fiction

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 22 décembre 2014

Magie presse - bouton

Autrefois, mais il n'y a pas si longtemps, les cabines des ascenseurs dans les immeubles portaient une affiche prévenant que l'accès était interdit aux enfants de moins de 15 ans non accompagnés.

Aujourd'hui, on peine à imaginer de quoi ces époques révolues voulaient se protéger.

Un enfant de 3 ans (ou moins), accompagné de ses (grands) parents en extase devant les capacités extraordinaires du petit, appuiera sur le bouton de l'étage, après avoir été si nécessaire soulevé à bonne hauteur par l'un des adultes. Pourtant, les ascenseurs ne tombent pas en panne plus qu'autrefois et les erreurs d'étage ne sont pas plus fréquentes.

Ce qui a changé dans nos sociétés "évoluées" (c'est-à-dire avec immeubles et ascenseurs), en quelques dizaines d'années, est donc plus subtil et plus profond que l'interdiction d'interdire.

Ce qui a changé, ce n'est certainement pas non plus l'émancipation enfantine. L'enfant-roi se vit comme la projection en bas âge de l'adulte farci d'une puissance imaginaire. L'enfant-roi, doublement instrumentalisé, sait dire à ses parents quels jouets il veut, et aussi précisément comment les acheter. Car la question d'argent, c'est un truc d'adulte, avec le fric au distributeur presse - bouton des banques. "Ah non, là attention, ce n'est pas un jeu" dit l'adulte, "OK ?". Trop tard ! Pour l'enfant - roi élevé dans la vie comme un jeu, les petites histoires font la religion du réseau des copins, et les anciennes religions sont des thèmes de jeux de rôles.

EnfantPill.jpg Une variante extrême de l'enfant - roi, celle de l'enfant - soldat - gosse - de - riche - high - tech, fait l'actualité, révèlant au passage combien la durée de l'enfance mentale s'est récemment plus vite allongée que la durée totale de la vie (en moyenne, bien entendu) dans certains pays. Ce qui différencie ce nouveau type d'enfant - soldat par rapport au standard historique né dans la guerre et la misère, ce ne sont pas les ressorts mentaux de sa dérive mais l'environnement physique du processus d'embrigadement mental, par le truchement de ce qu'on appelle communément les NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication). Ce constat technique devrait jeter un doute sur le caractère intrinsèquement bienfaisant des NTIC. Bien entendu, on ne devrait pas généraliser cette interrogation sur les NTIC à partir de tels cas pervers, mais plutôt à partir des innombrables preuves éclatantes des effets auto hypnotiques des engins "high tech" : regardons-nous dans les rues des grandes villes, dans les transports en commun, au bureau, en privé... Imaginons un instant que ces engins projettent leurs utilisateurs dans un espace parallèle, avec nos faces d'émoticones en touches d'humanité, ce serait de la science-fiction ou une interprétation à peine romancée de la réalité ?

Voici donc enfin ce qui a vraiment changé pour nous tous : c'est le choc de l'abstraction du presse - bouton sur notre cerveau d'homo sapiens.

Avant la "révolution numérique", avec les machines et jusqu'aux appareils à transistors, chaque bouton ne commandait qu'une seule chose, comme l'étage dans l'ascenseur.

Le chaînon intermédiaire dans la chaîne évolutive informatique des machines presse boutons, il existe encore, c'est le distributeur de boissons et de friandises ! Les possibilités de choix sont devenues tellement multiples et variables qu'il faut recourir au codage des produits, cependant toujours avec les vrais produits en vue directe au moins au stade final. Faible niveau d'angoisse, repos immédiat de l'esprit à l'obtension du produit, sauf quand on s'est trompé ou quand la machine déraille - remarquons alors l'universalité des mimiques humaines envers la machine.

Avec la "révolution numérique", nous avons franchi un grand pas dans l'abstraction. Le grand nombre des possibilités de combinaisons presse - boutons, par exemple en parcourant les menus d'une tablette tactile, et le remplacement des objets par des images ou des idées, nous imposent des pointes de saturation intellectuelle - non, ne me dites pas que votre puissant esprit vous permet de penser à autre chose en même temps, je sais bien que vous ne faites pas attention à moi et encore moins à ce que je dis pendant que vous tapotez sur votre engin... Face à cette surcharge répétée, par renoncement simplificateur et compensation analogique (une mécanique mentale de la conceptualisation), jaillit l'idée théorique d'un pouvoir infini à notre disposition, merveilleux, immersif, irrésistible, d'autant plus que nous ne savons en utiliser qu'une toute petite partie. En termes simples, nous concilions le dérisoire et l'enchantement, c'est magique !

Vous trouvez étrange ce rapprochement entre notre relation individuelle à la révolution numérique et la pensée magique ? N'est-ce pas au contraire franchement banal, en réalité ? N'est-ce pas plutôt que le raisonnement magique est (re)devenu la norme, en parallèle de la "révolution numérique" presse - bouton ?

Regardez donc avec une attention critique les clips publicitaires des derniers bidules informatiques ou, mieux, écoutez vraiment pour une fois n'importe quelle déclaration ou discours de savant ou de politique ! Vous constaterez que ce discours suppose qu'il suffit d'appuyer sur quelques boutons (ou, en variante plus virile, d'actionner les bons leviers) pour que l'Humanité devienne sage, pour que la Croîssance revienne avec deux chiffres précis après la virgule, pour que l'Univers se plie aux théories de la Physique, etc. Non, cette résurgence de la mentalité magique n'est pas seulement imputable aux simplifications des prises de parole dans les médias, ce sont les manifestations brutes d'une très antique façon de penser, au tout premier degré et sans nuance, qui nous imprègne tous - ou alors nous faisons vraiment bien semblant.

Résumons.

Face aux décisions civilisatrices à prendre dans les 20 ans pour l'avenir de la planète, n'est-il pas indigne de nous laisser abrutir par une pseudo "révolution numérique", simple évolution du presse - boutons, vecteur d'une pensée magique passivante ?

Alors qu'une vraie révolution numérique, construite et ouverte, nous donnerait les moyens d'une citoyenneté responsable, les moyens du partage d'intelligence à valeur ajoutée pour tous... Il n'existe aucune difficulté technique, mais les puissants qui ont peur de perdre leurs privilèges, les parasites et les suivistes, les tenants de certitudes fatalistes de diverses obédiences... sont tous contre, ce qui fait du monde, mais pas du meilleur. En revanche, quelques formes nouvelles de construction sociale adaptées aux sociétés virtuelles sont à inventer. Voir par ailleurs dans ce blog, merci.

dimanche 15 juin 2014

Au crétacé, une colonie geek en transition écologique

Certaines séries télévisées, en plus de nous distraire, nous offrent une matière à réflexion sur les grandes questions de notre époque.

Dans le domaine de la science fiction, certaines séries mettent en scène des solutions futuristes à ces grandes questions. Leurs scénarios doivent alors affronter les obstacles socioculturels à surmonter pour la réalisation de ces solutions, afin que la représentation d'un futur imaginaire soit crédible tout en préservant l'empathie du spectateur avec les personnages. L'exercice de création sociale s'avère alors souvent plus fouillé, pratique et concret, que bien des vaticinations savantes. Il paraît, en tous cas, plus accessible à un maximum de gens.

Terra Nova, pourquoi pas ?

Terra Nova est disponible en 4 DVD après sa diffusion sur des chaînes télévisées en 2011 - 2012. C'est doublement une série de science-fiction à thème écologique :
- nous sommes en 2149, la planète Terre est très abîmée au point que son atmosphère est irrespirable; les populations survivent avec des masques filtrants ou sous des dômes en atmosphère conditionnée, il est interdit d'avoir plus de 2 enfants par couple,...
- Terra Nova est une planète habitable dans une dimension parallèle, avec une nature et une faune équivalentes à celles du crétacé terrien, où s'est établie une colonie de 1000 personnes environ, sélectionnées pour leurs compétences, envoyées de la Terre par un tunnel spatio-temporel.

Le sujet de la série, c'est l'affrontement de deux projets. Le premier projet est celui de l'installation définitive à Terra Nova pour y construire une civilisation nouvelle. Le projet antagoniste est celui du pillage de la nouvelle planète pour en rapporter les richesses sur Terre afin d'y jouir d'un grand train de vie sous un dôme paradisiaque.

En réalité (si on peut dire), dans les premiers épisodes de la série, comme le tunnel spatio-temporel est à sens unique et qu'il ne fonctionne que par campagnes de courte durée, le projet de vie à Terra Nova est le seul possible puisqu'il n'existe aucune possibilité de retour et que la liaison nourricière de la Terre est trop intermittente pour assurer la livraison en abondance des matières, engins, instruments, combustibles, aliments, médicaments, etc. qui seraient nécessaire à une exploitation industrielle. Par la suite, l'ouverture du tunnel en double sens par les agents des entreprises soutenant le projet de pillage rend possible l'exploitation de Terra Nova au profit de la Terre et le conflit des projets devient meurtrier.

TNova.jpg

La série nous fait suivre les aventures de personnages attachants venus s'installer à Terra Nova, enfants et adultes, et nous raconte leurs démêlées entre eux, avec des dinosaures pacifiques et d'autres carrément méchants, dans un environnement naturel non maîtrisable. Plusieurs ados particulièrement caricaturaux dans leur comportement buté prennent un rôle important dans ces aventures. La colonie humaine vit à l'intérieur d'une grande enceinte circulaire en bois, équipée d'armes répulsives genre taser pour se protéger des animaux dangereux, dans des bungalows aménagés avec le confort moderne. L'infirmerie - hôpital dispose de technologies avancées et, de toute façon, le sourire du médecin en chef suffit presque à tout guérir. Un labo de recherche dirigé par un type brillant (par ailleurs souvent plus sympathique que le héros principal) se tient à la pointe des biotechnologies de 2149. Il existe, au bar de la colonie, un appareil capable de reproduire n'importe quelle puce électronique à toutes fins utiles (l'endroit est un peu louche, juste ce qu'il faut). La zone de culture agricole est évidemment intégrée à l'enceinte. Il existe un réseau informatique et des terminaux évolués pour l'enseignement à distance, mais aussi une vraie école traditionnelle pour les petits; un méga ordinateur permet de visualiser toutes les connaissances humaines en 3D dans une salle spéciale. De nombreux engins motorisés à énergie électrique permettent de se déplacer rapidement, transporter des charges, faire la chasse aux monstres prédateurs - peut-être ont-il servi au défrichage des terrains et au terrassement à la fondation de la colonie (on doit supposer que le béton fut acheminé de la Terre ?). Evidemment, de partout on peut utiliser un téléphone portable (de technologie "militaire" semble-t-il, avec détecteur incorporé à infra rouge) et un équivalent local du GPS (à partir de stations fixes réparties en hauteur, et d'une cartographie préalable). Bref, le dépaysement est supportable...

Il paraît que le coût du tournage de la série Terra Nova a entraîné l'arrêt prématuré de cette série, juste après un 11ème épisode mouvementé où un héros de Terra Nova infiltré sur Terre réussit à faire dévorer les dirigeants des entreprises prédatrices par un méchant dinosaure exporté en douce, puis à déclencher la destruction des lourdes installations terrestres du tunnel spatio-temporel, isolant de ce fait Terra Nova de la Terre pour longtemps - il parvient à rentrer à Terra Nova, en courant très vite devant le dino qui le poursuit bêtement (?), juste avant que le tunnel s'éteigne.

L'arrêt de la série pourrait aussi avoir été imposé par l'évolution du scénario de Terra Nova : il exposait les téléspectateurs à un danger grave, celui de les faire réfléchir.

Terra Nova, pour se recréer ou pour se goinfrer ?

Car les grandes questions de notre futur planétaire sont dramatiquement bien posées par cette série. Bien sur, notre planète n'est pas encore totalement épuisée, nous avons du temps devant nous (moins d'un demi-siècle...). Bien sur, nos brillants scientifiques n'ont pas encore inventé le moyen de transporter des humains avec leurs trousses de survie et leurs brosses à dents instantanément sur des planètes habitables - et sans doute n'y songent-ils même pas, et, à part quelques rêveurs médiatiques, ils s'affairent sans doute à perfectionner des "solutions" radicales susceptibles d'épargner à l'humanité la guerre généralisée. Cependant, on pourrait remarquer qu'il existe sur Terre encore quelques grandes zones isolées quasiment vierges et sans valeur, c'est à dire dépourvues de ressources massivement exploitables par toute industrie, mais qui seraient cependant habitables par une population motivée...

Si la série Terra Nova peut être considérée comme un ratage parce qu'elle ne s'est pas étalée sur 5 saisons, c'est justement de ce fait une réussite ! Notamment parce qu'elle n'a pas eu le loisir de développer des intrigues secondaires au-delà du volume et du détail requis pour camper les personnages, ni d'inventer un complot poético fantastique pour tout expliquer à la fin.

Evidemment, la série n'échappe pas aux poncifs du genre dans la typologie des personnages, non plus qu'à certaines pesanteurs culturelles, et le recours aux avancées technologiques imaginaires de 2149 explique assez mal quelques invraisemblances. On peut remarquer l'homogénéité de la population coloniale, au point, par exemple, que le seul personnage de couleur est la cheftaine du groupe des "Classe C", des agents envoyés en éclaireurs pour évaluer les richesses de la nouvelle planète au profit des entreprises terrestres prédatrices, et qui se sont séparés violemment de la colonie principale en volant du matériel et des armes. Mais ni Don Camillo ni Peppone n'ont été sélectionnés pour le crétacé à Terra Nova, ouf ! Bien entendu, la seule langue parlée est la langue universelle que tout le monde comprend spontanément - c'est une convention du genre... Pas d'animaux domestiques importés sur Terra Nova - ce qui est réaliste compte tenu des risques de rupture catastrophique des équilibres naturels - mais pas d'oeufs ni de lait en production locale, donc il faut adapter la cuisine. Du côté positif, dans la nature du crétacé de Terra Nova, il n'existe pas de nuées d'insectes nuisibles, pas non plus de petits mammifères familiers de l'homme (et propagateurs historiques d'épidémies). La faune est plus massive que sur Terre, il est donc relativement facile d"éviter les périls qui s'annoncent en général bruyamment, au point que les excursions à l'extérieur de l'enceinte sont possibles sans risque à condition d'y être entraîné.

La création sociale originale à Terra Nova, si on prend un peu de recul, n'est pas à rechercher dans son économie (partiellement monétaire), ni dans son organisation par métier (avec une rotation des corvées d'intérêt commun, y compris une période militaire), ni dans sa justice (corvée pour les délits mineurs, exclusion pour les délits majeurs avec possibilité de rédemption), mais dans l'imposition progressive d'une double autonomie, énergétique et matérielle. Pour ce qui concerne l'autonomie énergétique, on peut imaginer qu'il existe quelque part dans l'enceinte une mini centrale importée de la Terre, mais par quelles sources durables d'énergie est-elle alimentée, car on n'aperçoit aucune éolienne, aucune cheminée ?.... Pour une fois, c'est la question de l'autonomie matérielle qui s'avère plus pressante. En effet, les engins et instruments importés de la Terre finissent par tomber en panne ou par se détériorer par accident, alors que la production de leurs composants dépend de centaines d'usines terrestres exploitant des ressources naturelles extraites de divers endroits favorables de la Terre, et mettant en oeuvre de multiples technologies consommant beaucoup d'énergie et produisant beaucoup de déchets - certes, on peut imaginer que Terra Nova dispose d'un parc d'imprimantes 3D perfectionnées et capables de s'auto reproduire, mais on ne peut échapper à la nécessité de les alimenter avec les matières adéquates, impossibles à synthétiser toutes sur place : voir par exemple l'épisode où un invalide se résigne à la perte d'une roue pneumatique de son fauteuil roulant... Bref, le "tout confort comme sur Terre avec le bon air en plus" est intenable si on coupe la liaison nourricière avec la Terre ou si cette liaison n'a pas un débit suffisant. Plusieurs fois dans la série, les avertissements sur la non durabilité du confort colonial sont explicites. Mais alors, que serait un mode de vie durable à Terra Nova, une fois que la liaison avec la Terre est coupée ? Et par quelles étapes de transition pourrait-on converger vers ce mode de vie, avec l'acceptation de tous ? Ces questions d'autonomie matérielle ne sont pas gratuites, ce sont nos questions pour demain sur Terre, car la satisfaction de nos "besoins" et le mode de vie confortable d'une grande population supposent le fonctionnement d'une infrastructure industrielle complexe et répartie sur la planète que l'on ne pourra pas entretenir longtemps, quelque dizaines d'années encore peut-être, en dévorant toutes les ressources énergétiques disponibles et en produisant une masse industrielle de déchets irrécupérables et d'émissions nocives... Notre Web est devenu lui aussi une infrastructure lourde, non maintenable dans la durée tant que ce réseau sert principalement aux diffusions à partir de "services" centralisés, sauf si ces "services" sont opérés par une puissance dominante pour une fonction planétaire majeure.

Au plan des pesanteurs sociales symboliques, le scénario de Terra Nova nous propose une variante du mythe fondateur de plusieurs cités antiques (exemple Rome : meurtre de Remus par Romulus) : ici, c'est le chef de la colonie, le commandant Taylor, qui élimine l'ex supérieur hiérarchique envoyé pour le relever de ses fonctions au nom des investisseurs pillards (épisode "l'arbre des secrets"). On comprend alors mieux le personnage patriarcal du commandant Taylor entouré de son équipe d'anciens militaires, protecteurs de la colonie et garants du projet Terra Nova - mais pourquoi ne pas suggérer que justement là, dans ces circonstances, peut naître une démocratie authentique de citoyens égaux et libres, en suivant à peu près la même logique historique que l'Athènes antique, pour refonder une humanité en harmonie avec la nature et cesser de se penser comme une colonie de la Terre ? On n'en serait pas à une audace près dans le scénario de Terra Nova. D'ailleurs, le scénario était-il pensé complètement au lancement de la série ? Au fil des épisodes, Terra Nova se révèle peu à peu comme une colonie de rebelles en révolte contre les puissances qui l'ont financée et nourrie, en lutte contre le groupe des "Classes C" qui sont aux ordres des investisseurs, en contraste total avec les premiers épisodes qui nous présentaient cette colonie Terra Nova comme une sorte de club de vacances perpétuelles et les "Classes C" comme des dissidents paumés. L'un des intérêts de la série est le dévoilement progressif de cette inversion et de son caractère inéluctable, qui détermine le conflit majeur des personnes, entre père et fils, entre idéaliste meneur et savant criminel.

Il est probable que les prolongements de la série auraient développé les aspects spectaculaires, fantastiques et sentimentaux, plutôt que les conflits porteurs de grandes questions contemporaines. Rien à regretter : le message de Terra Nova nous revient sans brouillage !

Voy_1933.jpg Note sur les séries populaires de science fiction, ressemblances, filiation

Il existe une communauté partielle de thèmes entre Terra Nova et Stargate SG-1. Dans les deux séries, un tunnel permet de se transporter instantanément "ailleurs", et un conflit éclate entre une équipe officielle d'exploration et une équipe parallèle de pillards soutenus par des puissances politiques et financières. Cependant, dans Stargate SG-1, ce dernier conflit n'occupe que quelques épisodes médians jusqu'à la déconfiture des pirates, alors que ce conflit est au coeur de la série Terra Nova, à front renversé puisque dans Terra Nova, les insoumis sont les héros alors que les agents officiels sont les pirates. Dans Stargate SG-1, il s'agit d'un programme d'exploration systématique des planètes habitables, conduite par des militaires à la recherche d'alliances contre des ennemis surpuissants qui menacent les humains de la Terre. Dans Terra Nova, il s'agit d'une déportation volontaire sur une planète vierge. Finalement, il n'y a que le tunnel en commun et pas pour le même usage ni la même finalité. Les ressemblances entre les séries, ce sont les gens !

La filiation des séries populaires de science fiction passe probablement par les romans de Jules Verne (anticipation technologique, mais pour une ambition limitée à la Terre, qui était encore à découvrir dans la variété de ses paysages et de ses cultures à la fin du 19ème siècle) et par d'autres écrits populaires moins connus du 20ème siècle, et remonte de là probablement directement à l'Iliade et l'Odyssée que tout citoyen de l'Athènes antique apprenait par coeur - c'est difficile à vérifier ! En tous cas, ce n'est pas la même filiation que le fantastique onirique (le Pays Imaginaire de Peter Pan par exemple) : l'imaginaire des séries populaires de science-fiction est un imaginaire "sérieux", "plausible", qui nous renvoie à nous-mêmes et à nos responsabilités.

dimanche 19 janvier 2014

Formidables moutons électriques

Sur la prairie verte, les moutons semblent brouter paisiblement mais en réalité, ils sont en pleine activité. Chacun d’eux porte un casque super techno, un casque à électrodes avec une visière transparente devant les yeux, pour communiquer avec les autres et surfer sur le Web. Le dispositif se commande par la pensée. Les sites Web viennent s'afficher sur la visière, en superposition de la vue réelle sur le gazon.

Le site Web favori de chaque mouton, c'est son propre site Mirex, le site miroir de sa vie. Chaque mouton le construit lui-même jour après jour en racontant son expérience. Gooplosoft lui fournit gratuitement un modèle personnalisé de Mirex en échange de son pedigree et de quelques droits de regard sur le contenu. Au fur et à mesure du remplissage du Mirex, Gooplosoft adresse à l’auteur des conseils personnalisés. Et Gooplosoft invite régulièrement les auteurs à communiquer entre eux à propos des sujets d'intérêt commun que Gooplosoft a détectés dans leurs profils actualisés heure par heure.

C'est l'occasion de rencontres passionnantes, tout en broutant !

Mouteouteki_1.jpg Mais, en plus, les moutons sont malicieux, ils adorent jouer au TéouTéki. C’est un jeu à distance entre deux moutons sur le Web. Le premier mouton peut apercevoir son interlocuteur sur la prairie mais il s'amuse à prétendre qu'il est ailleurs et quelqu'un d'autre, par exemple à Calcutta un trader spécialisé sur le marché des grains, en même temps qu’il interroge le Web pour se documenter à toute allure sur ce qu'il est censé dire et sur les informations nécessaires pour comprendre son interlocuteur, qui se fait passer pour un autre trader à l'autre bout du monde et rigole en lui tournant le dos. Les onglets des sites Web consultés viennent se superposer et se bousculer sur les visières des deux moutons pendant leur partie de TéouTéki et, même de loin, les observateurs s’émerveillent du jeu des couleurs et des lumières sur les écrans des protagonistes. Certains de ces observateurs ont développé une capacité de mémorisation prodigieuse des séries de couleurs et savent en déduire sur quels marchés locaux les traders sont en train d'opérer. L'enjeu est de taille car il s’agit de saisir le vent des affaires et de réaliser des opérations juteuses !

Mais ce qui motive chaque mouton au plus profond de lui-même, c'est le projet d'intégrer le groupe des Champions, ceux qui sont reconnus pour la valeur de leur site personnel Mirex sur le grand tableau de cotation mis à jour en temps réel par Gooplosoft. Pour aider les moutons dans leur quête personnelle, Gooplosoft a créé des académies sur le Web. On y apprend comment organiser les thèmes d'un Mirex, comment le faire référencer par d'autres Mirex, comment développer un contenu personnel attractif, comment exprimer ses préférences et ses dégoûts, etc. Les exercices n'exigent que trois capacités intellectuelles : reconnaître une séquence-modèle à l'intérieur d'un ensemble, recopier une séquence-modèle, substituer une séquence-modèle à une autre. Et rien qu'à partir de ces capacités élémentaires convenablement mises en application, on peut devenir un Champion ! Miracle de l’intelligence collective et de la technologie !

Mouteouteki_2.jpg Il y a tout de même une difficulté pour devenir un Champion. C'est que le site Mirex doit être rédigé en respectant l'orthographe et la grammaire classiques. Or, la langue courante des moutons est une langue véhiculaire destinée à la communication instantanée en fonction des grands titres d'actualité, des émotions à la mode, des réclames publicitaires du moment... bref, la langue d’expression courante des moutons a évolué dans le temps très loin de ses racines classiques. Heureusement, Gooplosoft a conçu un traducteur automatique presque parfait. « Deux mains j'essuie en va qu’ence» est automatiquement traduit par "demain, je suis en vacances" en langue classique. Les moutons trouvent que les traductions de Gooplosoft sont poétiques. Pour eux, cette étrangeté est une source d’émerveillement : plus c'est beau, plus on a du mal à se relire.

Gooplosoft organise un concours permanent du site Mirex du jour. Ce concours récompense une contribution remarquable, par exemple un reportage sur un événement spectaculaire dans l’évolution des cours des matières premières, une suggestion pertinente, une critique percutante, un alexandrin éternel, une révélation croustillante. Officiellement, le critère de sélection du gagnant est chaque jour totalement différent de celui de la veille, de manière à ce que tout le monde ait sa chance, mais certains moutons prétendent avoir découvert une logique de transition d’un jour à l’autre. Le gagnant est annoncé le matin. Il a le droit d'aller brouter partout pendant la journée, y compris s'il doit pousser de côté d'autres moutons pour brouter à leur place. Pour les perdants, il est flatteur de découvrir que leur herbe est meilleure que celle des gagnants, même si certains gagnants abusent et forcent les perdants à la diète.

Justement, Gooplosoft vient d’ouvrir une plate forme de débats en préparation d’un referendum sur la proposition « débranchons les coupables d’abus» ; les débats sont très bien organisés ; on peut exprimer son soutien ou son opposition à diverses motions sur le pourquoi et le comment ; les sites Mirex débordent de développements explicatifs où chacun développe sa position personnelle en regard de celles des autres, en fonction de son propre parcours de vie. Le vote de chacun sera vraiment représentatif de la conscience collective en pleine connaissance des causes et des conséquences.

Le soir, les moutons électriques rentrent à la bergerie pour se recharger. Le courant provient d'une centrale verte, une centrale qui brûle de l'herbe et alimente le Web.

Toutes les enquêtes démontrent que les moutons électriques sont persuadés de vivre une expérience formidable dans une société consacrée au libre développement de leurs personnalités et de leurs projets personnels dans une saine émulation des compétences, chacun dans l’unanimité de son petit moi objectif dans le progrès général de leur société démocratique.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Notes

Les trois capacités élémentaires des moutons électriques : repérer une séquence-modèle dans un ensemble, recopier une séquence-modèle, substituer une séquence-modèle à une autre, sont une extrapolation littéraire des fonctions constitutives d’une machine de Turing.

Comme son nom l’indique, la machine de Turing est une invention du mathématicien Alan Turing (1912-1954), l’un des fondateurs de l’informatique, par ailleurs célèbre pour avoir contribué à décoder pendant la guerre de 39-45 le cryptage des messages entre l’état-major allemand et les unités distantes.

La machine de Turing est définie par son inventeur comme une abstraction mathématique. Elle est utilisée comme référence théorique pour déterminer le niveau de complexité des questions et problèmes mathématiques, y compris ceux dont on ne connaît pas de solution, en regard de leur potentiel de résolution par un ordinateur.

Les capacités très élémentaires en apparence de la machine de Turing ne doivent donc pas être prises à la légère : on n’a pas encore su concevoir un type de machine plus « intelligente ».

Si vous trouvez que le paragraphe sur la perte du langage et la traduction automatique est tiré par les cheveux, allez donc faire un tour dans un pays insulaire d'extrême Orient où le smartphone permet d'envoyer des messages traduits automatiquement en langage littéraire; tout le monde peut écrire un roman !

Le texte de ce billet est un extrait adapté de l’ouvrage de référence "La transmission des compétences à l’ère numérique" que vous pouvez télécharger ici.
Vous allez probablement prendre un sacré choc, mais les billets de ce blog peuvent vous aider à le supporter.

lundi 19 novembre 2012

Science-fiction, expérience d'avenir

La bonne science-fiction est celle qui explore des hypothèses, même peu crédibles, pour aborder nos questions fondamentales du moment. C'est un exercice d'influence sur l'avenir.
La mauvaise science-fiction est celle des réponses niaises à des questions mal posées, celle de la fuite dans les rêves féériques et les fantaisies délirantes, celle des destinées héroïques guidées par une puissance transcendante. C'est une pure exploitation du présent.

Il faut reconnaître le mérite particulier des auteurs, producteurs, scénaristes, acteurs de science-fiction... qui tentent de nous offrir plus qu'une distraction sensationnelle.

La série Battlestar Galactica (Universal Studios, 2003) est de ce point de vue remarquable, en dépit de son titre. L'oeuvre déborde largement le cadre de la relation d'un affrontement épique dans l'espace entre des humains en fuite devant la révolte de leurs créations artificielles, les cylons. L'un des principaux éléments d'originalité de cette série est la parfaite intégration de certains cylons à la communauté humaine, aspect et comportement, au point qu'ils ignorent eux-mêmes qu'ils sont des machines. Au-dela des ressorts scénaristiques que cette invention permet, les intentions originelles des concepteurs de la série Battlestar Galactica étaient bien de provoquer nos certitudes sur le propre de l'homme, sur le bien et le mal, de remettre en question nos structures sociales et individuelles, la démocratie, l'économie, l'amitié, la fidélité, l'amour.... C'est de la bonne science fiction. Rien n'empêche de la regarder avec des yeux d'enfant, rien n'empêche de n'y voir que les péripéties résumées dans les présentations encyclopédiques, rien n'empêche de ressentir les émotions des personnages de roman-photo et de s'intéresser à leurs éructations de poivrots galactiques en prolongation dérivante, mais cette série mérite bien plus que cela, malgré quelques défauts de détail dans la logique interne du scénario.

La comparaison de Battlestar Galactica 2003 avec la première série Galactica réalisée en 1978 sur le même scénario d'ensemble, où les cylons apparaissaient comme des robots intelligents mais lourdaux, manifeste l'émergence de notre grande peur existentielle de l'an 2000, à savoir la découverte que l'homme aspire à la machine, en conséquence de son incapacité à organiser collectivement ses finalités. Cette découverte est abondamment commentée par ailleurs dans notre blog. La série Battlestar Galactica peut être considérée comme une illustration de cette démission et de cette aspiration.

Battstar_4.jpg Dans Battlestar Galactica 2003, nous sommes évidemment placés du côté des humains (parmi lesquels sont dissimulés quelques cylons indétectables). Mais ce sont bien les défauts mécaniques et les imperfections animales des humains que l'on nous décrit, les comportements automatiques d'émulation et de rivalité, les réflexes naturels de meute dans les instances représentatives, les fonctionnements irrationnels (imprégnation par des songes prémonitoires, emprise d'intuitions transcendantes, folies compulsives) et l'immersion dans les affects. La série évite plusieurs pièges conclusifs de la mauvaise science-fiction, dont celui du voyage initiatique en vue d'une transfiguration. Dans le contexte, la suggestion d'un "deus ex machina", maître parcimonieux de paradoxes quantiques, peut être considérée comme une pirouette ironique. Il faut tout regarder au second degré, y compris les épisodes terminaux d'apparence spécialement pathétique... Bravo !

Et maintenant faisons un voeu... Que des experts constitutionnalistes veuillent bien se pencher sur cette série afin de nous proposer un nouveau type de gouvernement démocratique adapté aux temps à venir et à notre niveau de civilisation technique ! Car nous serons bientôt dans une situation similaire à celle du Battlestar Galactica, plutôt à l'étroit sur notre petite planète bien particulière dans notre système solaire, invités à partager des ressources en voie d'épuisement avec des semblables très différents au plan culturel et avec lesquels nous partageons des souvenirs sanglants et un héritage de mépris haineux les uns envers les autres. Il serait fou de rechercher notre avenir uniquement dans des relectures de l'histoire, notre époque est singulière. Il serait naïf d'ignorer les réalités humaines que nous renvoient les sciences. Nous sommes contraints à la science-fiction.

Science-fiction, mystique et romance

La science-fiction s'insinue de plus en plus dans la littérature et le cinéma. Les gadgets des maîtres espions extrapolent les recherches militaires de pointe (avec de plus en plus de peine d'ailleurs). Les évocations de passés imaginaires, même s'ils sont peuplés de sorciers et de vampires poussièreux, se prêtent aux révélations de destinées galactiques. Les épopées pseudo religieuses et les libres spéculations d'auteurs célèbres réinterprètent les musiques de l'univers... Et parfois même le roman le plus réaliste, le mélo le plus fangeux, nous balance, au détour d'un dialogue graveleux, sa petite chanson prémonitoire d'une transformation prodigieuse quoique nullement miraculeuse. Les songes des chamanes et les flashs des drogués rejoignent les délires scientistes.

De fait, la science-fiction est devenue une forme majeure de la poésie et de la pensée contestataire. On peut y voir un reflet de notre difficulté à supporter cette époque : la certitude de catastrophes humaines planétaires dans les 50 ans à venir, le souvenir pitoyable de nos ancêtres qui se sont tant battus et ont tant peiné au nom de valeurs qui n'ont plus cours, le maintien sous autohypnose des populations... Nous avons besoin de finalités accessibles à notre imaginaire, et d'un sens de nos vies vers ces finalités. Nous avons aussi besoin, c'est plus récent sous cette formulation, de la croyance dans l'harmonie de nos finalités avec l'univers que nous habitons, et d'un apprivoisement de nos créations mécaniques logicielles dans cet univers - autrement dit, pour faire savant, nous revendiquons une certaine "maîtrise de la complexité", et peut-être un jour serons-nous enfin prêts à payer de nos personnes pour l'atteindre. La science-fiction nous offre précisément tout cela.

En retour de sa reconnaissance nouvellement acquise et de la diffusion de ses thèmes à l'intérieur des autres genres, la science-fiction est menacée par l'opportunisme marchand. Des oeuvres massives sont conçues à partir de croisements calculés des thèmes porteurs qui font vendre. Des volumes sont produits par des professionnels qui, à une autre époque, nous auraient abreuvés de romans populaires, de livrets d'opéra, de tragédies, selon la mode du moment. C'est dans la nature des choses. Ainsi, la science-fiction marchande s'écarte de ses origines poètiques, jusqu'à se réduire dans certaines productions à une technique de décor, l'analogue littéraire des effets spéciaux au cinéma. Bref, elle tend à devenir un produit dérivé valorisant, dans le vacarme médiatique programmé par nos maîtres manipulateurs. La mauvaise science-fiction est ainsi devenue l'alibi des faux penseurs, non seulement dévoreuse de notre temps libre, mais porteuse des présuppositions abrutissantes de notre époque, sous d'allèchantes couvertures, pour notre distraction confortable sur thèmes rebattus à l'intérieur d'imaginaires sur étagères.

A l'opposé, la bonne science-fiction ne se prive pas de nous éblouir, mais elle le fait par nature, non par finalité, car sa vocation est de déranger nos certitudes, de nous inviter à étendre le champ du possible.

Nous avons déjà dans ce blog abordé la question de "l'homme contre la machine" - dans le billet Dick, l'homme, le robot -, thème récurrent et fausse question de la science-fiction de pacotille (et de la pseudo science), que les grands auteurs, dont Ph. K. Dick, ont su dépasser et ridiculiser.

Poursuivons la critique de la science-fiction contemporaine, et voyons sur un exemple comment elle peut servir à véhiculer des certitudes débilitantes, par une sorte de choc en retour du roman "populaire" qu'elle a envahi.
caprica_dvd.jpg

La série Caprica (Universal Studios, disponible en DVD) est un cas typique. De notre point de vue, cette série contient du bon et du moins bon. Nous en proposons une analyse originale

Présentation résumée de la série Caprica
Caprica est une préquelle de la série Battlestar Galactica (version 2003, Universal Studios), dont elle tente d'expliquer l'univers de départ et en particulier la révolte des cylons, créatures artificielles dont certaines ont l'apparence et le comportement humains.
Disons en passant que Battlestar Galactica est à juste titre une célèbre oeuvre cinématographique de science-fiction, dont l'intérêt dépasse largement la relation d'un affrontement épique.

Revenons à Caprica. Au début, les cylons n'existent pas encore. On voit seulement quelques robots mécaniques capables de fonctions gadgets programmées. La série se déroule dans le monde rétro-futuriste d'une autre galaxie, et relate les événements qui conduisent à la création de robots autonomes à partir d'une transplantation d'esprit humain digitalisé. Ces événements sont liés à l'histoire de deux familles, ce qui fait de la série Caprica une saga familiale sur fond de science-fiction. On y retrouve donc des ressorts d'oeuvres littéraires fleuves du genre, dont la série Fondation d'Issac Asimov, Endymion-Hyperion de Dan Simmons, etc.

L'état des extrapolations techniques au début de la série Caprica
Il s'agit du niveau d'anticipation par simple extrapolation du progrès des techniques par rapport à notre situation présente.

  • Les programmeurs d'ordinateurs utilisent des sortes de tablettes tactiles où ils font défiler spectaculairement des signes représentant sans doute des logiciels (est-ce une interprétation libre de ce qu'on appelle la programmation par objets, ce n'est pas évident)
  • Le perfectionnement de robots tueurs est un programme de recherche financé par le gouvernement, provoquant une concurrence féroce entre deux sociétés du complexe militaro industriel
  • Un jeu animé par des ordinateurs en réseau permet aux joueurs de projeter leurs désirs dans un monde virtuel qu'ils peuvent adapter à leur convenance par groupes d'affinité (règles du jeu, environnement, etc)
  • Ce monde virtuel est accessible de n'importe où au moyen d'un serre tête hypnotiseur appelé "holoband"
  • Les avatars des joueurs dans le monde virtuel sont reconnaissables; c'est un monde virtuel où l'on se retrouve.

Au total, le monde virtuel de Caprica est un croisement entre un réseau social et un MMPORG (jeu massivement parallèle). Et globalement, on constate que le niveau d'anticipation, au début de la série Caprica, est relativement bas.

Les anticipations originales de la série Caprica
Voici maintenant ce qui fait de Caprica une série de science-fiction.

  • l'avatar numérique du joueur peut être boosté pour devenir porteur de sa mémoire, de l'intégralité de ses capacités intellectuelles, de sa personnalité, ...
  • cet avatar numérique peut être transféré vers un robot.
  • le robot - soldat - automate ainsi "autonomisé" devient un être pensant et communicant (quoique limité par construction dans ses moyens d'expression)

Il est suggéré, à la fin de la série, que ce robot pourra un jour être constitué à partir de matériaux bios, pour ressembler à un être humain. A ce stade, la création d'un être artificiel mais génétiquement compatible n'est pas envisagée. A la fin de la série Caprica, il reste donc un pas de géant à faire avant d'entrer dans le contexte de Battlestar Galactica. Remarque en passant : les analogies et les différences avec Frankenstein sont édifiantes, nos peurs et nos mythes sociaux ne sont fondamentalement plus ceux des siècles récents.

Les limites, approximations, facilités, démissions,...
Signalons quelques conventions et incohérences typiques du genre.

  • Le savant foldingue est un héros romantique ordinaire; sa culture "scientifique" se manifeste surtout par la faiblesse de son sens éthique, heureusement qu'il compense par d'autres sens, car il apparaît comme un être ballotté par les événements, plutôt réactif zozotant qu'actif responsable...
  • La découverte du siècle est l'oeuvre intime et personnelle d'une ado rebelle géniale issue d'un milieu très favorisé, complètement aveuglée par sa révolte, inondée par ses pulsions,...
  • Le monde virtuel est un "jeu de la vie" amélioré où chacun peut prendre des risques excitants, alors que la vie réelle est un jeu trop contraint dont il est normal de chercher à s'évader,
  • Les seuls vrais contestataires sont des terroristes sectaires obnubilés par leurs visions transcendantes et totalitaires,
  • Il y a des gens biens dans la vraie maffia, et notamment des orphelins de génocide qui finissent par y trouver de vrais amis qu'ils aident à prendre le pouvoir,
  • L'être humain véritable n'a rien à voir avec une machine parce qu'il pense et qu'il a une âme sensible; mais il conçoit des machines qui ont des sentiments et des croyances, des préférences et des doutes; où est l'erreur ?
  • etc.

Conclusion
Avec l'exemple de Caprica, et par une analyse rapide, nous pouvons distinguer le contenu de vraie science-fiction parmi les relents du roman héroïque et sentimental. La littérature d'horoscope et les journaux people sont des remèdes pour les esprits troublés; leurs effets secondaires sont connus. Au contraire, la science-fiction authentique n'a rien d'un tranquillisant. Comme nul ne peut s'abstraire de son époque, on doit admettre que tout est dans le dosage entre les anticipations originales et les concessions au présent qu'il s'agit de dynamiter. Caprica est une série intéressante mais ce n'est pas Blade Runner.

mardi 20 mars 2012

Dick, l'homme, le robot

La quatrième de couverture des livres est faite pour accrocher l'acheteur potentiel de passage.

Celle de l'ABC Dick d'Ariel Kyrou (Editions inculte, 2009) affiche une phrase choc : "Le robot est un humain comme les autres".

ABCDick_livre.jpg

A la lecture du livre, et en particulier l'article "robot", il apparaît que cette phrase n'est pas de Dick.

Il est permis de faire des contre sens sur Ph. Dick. C'est un auteur profond, provocateur, original, malicieux parfois...

Qu'il nous soit donc permis d'affirmer qu'à notre avis, Ph. Dick était trop malin pour écrire une phrase définitive sur le robot et l'humain, sauf en la plaçant dans les pensées d'un personnage de ses nouvelles, ou à titre de moquerie des esprits raisonnables.

Sur le fond, "Le robot est un humain comme les autres" est une phrase typiquement littéraire, au sens où on peut en disserter sur des centaines de pages, sans que rien n'en sorte. Pourquoi prenons-nous ici l'adjectif "littéraire" dans un sens aussi péjoratif ? Parce que, sous un aspect sensationnel, l'affirmation repose sur une vue naïve de la "science", et passe à côté d'un vrai scandale qui serait riche de conséquences.

Un scandale fructueux se dissimulerait plutôt dans une affirmation moins choquante a priori telle que : "l'homme est une machine qui vit de théories contre nature, un parasite social de lui-même". Ou bien, selon une formulation différente mais aux conséquences similaires, dans les paroles du poète "Objets inanimés, avez-vous donc une âme, Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?" (Milly, Lamartine).

Au contraire, la naïveté "littéraire" se caractérise par l'attribution d'une existence propre aux créations humaines, avec une capacité de dialogue et d'interaction avec les hommes qui les ont créées. Dans le cas du robot, cette pseudo personnalisation de la création humaine mécanique n'est pas qu'une figure de style, c'est une ineptie. En effet, par nature, le robot est une machine construite par l'homme; il n'y a malheureusement rien d'autre à en dire lorsqu'on commence une phrase à prétention essentielle telle que "le robot est...".

Et l'intelligence artificielle ? C'est le nom d'une discipline de l'informatique, il s'agit donc encore de mécanique. Démontons-la un peu, nous allons y découvrir le ressort des ambiguités et des pesanteurs qui nous servent à nous abuser nous-mêmes, très volontairement, littéraires et scientifiques.

Lorsque nous disons qu'une machine de Turing, disposant seulement de fonctions de recopie et de substitution (analogues aux procédés humains d'imitation et d'invention), est le plus puissant type d'ordinateur concevable jusqu'à présent, nous nous appuyons sur un ensemble de théorèmes, notamment ceux qui démontrent l'équivalence entre ce type de machine et les fonctions récursives. La machine de Turing et les fonctions récursives sont de pures créations mathématiques. Mais cependant, par notre langage et par le fonctionnement de notre pensée, nous induisons une interprétation des facultés basiques de l'intelligence, dont les conséquences peuvent paraître formidables mais sont par essence tautologiques (un juriste dirait sui generis) parce que cette interprétation résulte d'une projection imaginaire de nous-mêmes sur des entités mécaniques qui ne disposent d'aucune fonction de théorisation autonome de leurs actions - fonction que nous sommes incapables de définir. Nous faisons le même genre de projection de nous-mêmes sur toutes nos théories, nos modèlisations, nos oeuvres... que le langage courant appelle justement nos "conceptions". C'est toujours nous-même que nous trouvons sans cesse ou croyons inventer, surtout dans les constructions que nous croyons les plus audacieuses et les spéculations les plus abstraites.

Comment ne pas voir ici une preuve pratique que nous sommes des machines avant même d'être des animaux ? Il pourrait être utile d'en tirer une éthique sociale qui nous permettrait de fonctionner en tant que machines, de vivre en tant qu'animaux, d'exister en tant qu'humains, au lieu de nous enfermer dans des théories sur l'humanité, ses valeurs et son destin en miroir instantané de nous-mêmes. Autrement dit, le vrai scandale à méditer, c'est que l'être humain aspire à la machine !

D'ailleurs, pour en revenir au robot, nous ne pouvons pas imaginer un robot qui soit autre chose qu'une machine construite par l'homme, ou en version grotesque, un bonhomme emballé dans une apparence mécanique, un genre de père Noël, de Nounours ou d'extraterrestre qui comprend spontanément nos désirs. Littéralement, une rencontre avec une machine construite par un non humain nous est inconcevable. Soit nous n'apercevons même pas son existence, soit nous sommes incapables d'en faire la distinction avec un être naturel.