Le mot "nouveau" sert de miroir aux alouettes dans le domaine des techniques de pointe comme dans les industries de la mode. Le gaspillage y est devenu plus que la conséquence d'activités périphériques ou accidentelles : une nécessité existentielle.

Bien avant les modes actuelles de l'intelligence artificielle, des crypto machins et des web services, les logiciels et matériels informatiques étaient surdimensionnés en regard de leur utilité. A l'époque pionnière de l'informatique, il fallait conserver un niveau de compatibilité avec les logiciels et matériels des années précédentes, même si cette obligation impliquait quelques lourdeurs afin de préserver une compatibilité en principe temporaire. De plus, l'élagage des fonctionnalités inutiles aurait exigé, dans beaucoup de cas, une reconception intégrale peu compatible avec les délais prévus des projets; il était donc plus commode de procéder, disons, par suremballage.

A présent, on découvre que la consommation énergétique mondiale des matériels et logiciels informatiques représente une proportion importante (de l'ordre de 15%) du grand total. La diffusion en masse de l'informatique, notamment par les smartphones, soutient la croissance de cette consommation. On trouvera des informations utiles sur le site https://jancovici.com. Dans une vision planétaire, ce n'est pas seulement la dépense énergétique de fonctionnement qu'il faudrait considérer, mais tout le cycle de vie des matériels, logiciels et infrastructures, depuis leur fabrication jusqu'au traitement des déchets.

On ne reprendra pas la critique des usages informatiques les plus gaspilleurs, notamment les visionnages, échanges et téléchargements de vidéos. Tout a déjà été dit par ailleurs. Dans d'autres billets de ce blog, on trouvera quelques réflexions sur l'évolution de nos sociétés, de nos modes de vie, sous les vagues successives des techniques toujours plus "modernes".

Revenons à l'évolution des ressorts du développement des nouvelles technologies informatiques.

Certaines justifications traditionnelles des "nouvelles" technologies informatiques sont très nobles, par exemple l'invention de nouvelles thérapies. Néanmoins, historiquement, leur développement a été tiré par la course aux armements sous toutes ses formes y compris récemment dans le domaine spatial, puis rentabilisé par la diffusion massive de ces technologies à l'intérieur d'applications ou de services disponibles à tous.

L'actuelle primauté de ce deuxième terme, celui de la diffusion massive, force désormais l'assimilation du domaine informatique aux industries de consommation, avec tout son attirail publicitaire et ses pratiques affairistes.

L'absence d'une logique des développements de l'informatique dans une évolution supposée naturelle à l'intérieur de nos mécanismes sociaux mercantiles pouvait sembler acceptable tant que ces développements ne contribuaient pas aux désastres planétaires et qu'ils étaient censés apporter un supplément culturel à nos vies. Dans une perspective actualisée, il devient nécessaire de contenir la croissance de la voracité énergétique et de la consommation de ressources rares, par exemple en réalisant une grande "analyse de la valeur" de l'informatique, par famille de services rendus aux utilisateurs, pour déterminer comment réaliser à moindre coût énergétique global les fonctions de ces services. Cette analyse oblige à définir les fonctions prioritaires d'utilisation, pour adapter les matériels et logiciels en conséquence, et pour concentrer les développements en conséquence.

Aujourd'hui, on pourrait encore mettre cette analyse de la valeur en balance avec "la modernité et le progrès". Pas pour longtemps.

Voici donc, par anticipation, quelques exemples de remises en cause qui devraient apparaître au cours d'une telle analyse de la valeur, forcément multidisciplinaire.

U8200.jpg

La 5G. Pourquoi ne pas attendre la réalisation des expériences en cours en vraie grandeur dans plusieurs villes avant de se prononcer sur les avantages supposés de la 5G en regard des investissements et consommations supplémentaires pour son installation, son fonctionnement, son entretien ? Est-ce que les avantages vraiment utiles (?) de la 5G ne pourraient pas être obtenus à moindre dépense ? L'argument d'un plus haut débit au bénéfice des joueurs en ligne sur smartphones ne devrait-il pas inciter de toute façon à une telle prise de recul ? On pourra aussi découvrir dans un polar récent (Unité 8200 de Dov Alfon, Liana Levi 2019) la révélation de techniques existantes permettant d'espionner à grande distance les communications d'une personne ciblée et de coordonner les actions d'agents en opération sur plusieurs lieux éloignés - à quoi bon la 5G pour faire cela encore plus vite encore plus massivement ?

L'intelligence artificielle. Voir le livre en référence "Des intelligences très artificielles" de J-L Dessalles (Editions Odile Jacob, 2018), forcément technique, pourtant parfaitement compréhensible dans sa clarification du domaine et de ses espoirs. A l'inverse, dans trop de discours médiatisés, on dirait actuellement que tout progrès en informatique relève désormais de l'intelligence artificielle et que cette dernière va sauver l'humanité dès lors qu'elle disposera des puissances quantiques. Il serait urgent de se demander comment concrètement se réaliserait cette promesse dans le cours des décennies à venir, car au-delà de ces décennies critiques, ce sauvetage devra pouvoir prendre des proportions encore plus miraculeuses que ce que nous pouvons imaginer actuellement. Pour préparer des décisions importantes, préférons les vrais ouvrages de science-fiction et les écrits des vrais scientifiques aux prospectives bidons, aux anticipations philosophiques sans fondement, aux rêvasseries futuro nostalgiques.

IArtif.jpg

La blockchain. De quoi s'agit-il vraiment ? Est-ce bien une technique plus générale que celle de la gestion décentralisée de crypto monnaies, mais exigeant tout de même la réalisation de calculs complexes nécessitant de grosses dépenses d'énergie pour effectuer ces calculs en garantie de chaque opération ? D'ailleurs, pourquoi cette pseudo décentralisation ("pseudo" car on peut contester l'origine extra terrestre des algorithmes de calcul) serait-elle un objectif absolu ? Cette décentralisation sera-t-elle tenable au-delà des premières applications expérimentales, et comment pourrait-on alors éviter le recours aux services d'intermédiaires tampons, en retour à une forme de centralisation de fait ? Dans une perspective plus large de recherche de techniques nouvelles autres que la blockchain, pourquoi ne pourrait-on rien récupérer des procédés depuis longtemps mis en oeuvre pour les transactions financières à grande vitesse ou alors serait-ce que s'y opposent de fortes raisons aucunement techniques ? Surtout, pourquoi ne pas envisager la création d'un protocole universel de garantie transactionnelle sur le Web à partir des techniques de fiabilisation des opérations entre bases de données réparties conçues vers la fin des années 70 ? On pourrait par exemple mettre en oeuvre des techniques simplifiées de fiabilisation à partir du tamponnage des transactions et la conservation de ces empreintes uniques dans les enregistrements destinataires afin de préserver les possibilités de reprise instantanée à partir de pré et post journalisations, y compris dans les pires cas de pannes électriques intermittentes, de défauts matériels, de pertes de paquets. Le constat de l'enfouissement fragmentaire de ces techniques dans les profondeurs des actuels logiciels de gestion de bases de données locales au titre de la résolution des opérations concurrentes (ces techniques sont-elles vraiment à leur place à cet endroit ?), avec en parallèle le constat de la déprimante volatilité de nos dialogues d'interaction avec la plupart des services Web.... devraient faire réfléchir de toute façon.

L'identité numérique. Ce sujet mériterait à lui seul un volume, puisqu'il ne peut exister par nature aucune identité personnelle "dématérialisée", seulement des avatars selon les services web, à moins de recourir aux contrôles biométriques - une évidence transposée de celle de la vie réelle mais ceci dépasse le cadre de ce blog. Donnons deux exemples de procédures informatiques actuelles, le premier en vaine tentative de vérifier une identité "absolue", le deuxième en adaptation au seul besoin de fonctionnement du service rendu. Certains intermédiaires "de confiance" dans la distribution de courriers officiels prétendent reproduire la vérification de l'identité du destinataire à l'exemple des facteurs des temps anciens, à l'époque où ces fonctionnaires livraient les salaires et les retraites en argent liquide et percevaient certaines taxes; pourtant, l'exigence d'envoi d'un document d'état civil du destinataire par Internet vers une plate forme de statut privé ne peut être qu'une grotesque singerie de la vérification instantanée sur place en contact direct avec le facteur des temps anciens; de plus, une prétendue vérification à distance à partir de la transmission dématérialisée de document d'identité est facilement contournable, et crée par ailleurs une vulnérabilité aux fuites de données de toutes sortes. Au contraire, le service Web de l'Administration fiscale française se contente des vérifications minimales strictement nécessaires en vue du recouvrement des impôts et taxes dus par chaque foyer contribuable, à partir de quelques informations personnalisées reprises de documents fiscaux antérieurs, plus bien entendu un numéro de compte bancaire. La simplicité de cette vérification minimale permet aux contribuables ignorants en informatique de déléguer par exemple à leurs enfants toutes les procédures informatisées d'interaction avec cette Administration, en toute imperméabilité, déclarations et paiements. Ceci montre bien en quoi la prétention à la vérification d'une identité "absolue" ne peut que faire barrière à la fonction à remplir.

Comment conclure ? La première idée de titre de ce billet était un jeu de mots : "encore plus 1G". C'était pour moquer l'agitation mimétique des annonceurs des "nouvelles" technologies informatiques, en ignorance du capital d'expérience, dans la poursuite de dépassements imaginaires toujours plus énergivores et toujours plus aguicheurs de nos "besoins" les plus bestiaux. Dans l'état de notre monde et des grandes évolutions à venir, il serait normal d'inverser la charge de la preuve face aux pseudo inventeurs et aux bavards illuminés qui nous gavent de leurs discours publicitaires. L'histoire du "progrès scientifique" n'a jamais fait l'économie de la contestation, c'est par une aberration provisoire, celle de la quasi gratuité de l'énergie, que le progrès technique a pu s’en affranchir.