RhetAnt.jpg Pourquoi la rhétorique, discipline reine de la formation des esprits cultivés dans l'Antiquité, n'est-elle plus enseignée actuellement dans la continuité des abondants manuels et méthodes élaborés à l'époque ?

Comment cette discipline de la parole en public dans un débat, une plaidoierie, un discours, pourrait-elle être adaptée au monde moderne des communications ?

Tchako.jpg Comment, en particulier, une nouvelle rhétorique pourrait-elle intégrer les "leçons de l'Histoire", et notamment comment pourrait-elle nous protéger des emballements massifs causés par certains orateurs usant de techniques sonores d'amplification et de diffusion à distance, qui ont soulevé des foules, des personnes cultivées, éduquées, humaines, jusqu'à leur faire exécuter méthodiquement des actes criminels ?

HiddPers.jpg Comment ne pas s'alarmer de l'état dégradé de l'art professionnel de la parole : manipulation des masses lorsque la parole s'adresse à une foule, persuasion par influence infantilisante lorsqu'elle s'adresse à une personne individuelle ?

Comment classifier, selon les catégories traditionnelles de la rhétorique, le discours en avalanche des commentateurs et des experts médiatisés, en proférations de contenus quasi-quelconques, à rebonds sur les émotions de l'instant, les mots d'ordre à promouvoir, les déclics à la mode ?

PiedPorte.jpg Ne faudrait-il pas rapprocher l'étude de l'art de la parole avec l'étude de la musique, dans leurs analogies formelles et notamment les relations entre le fond et la forme, et par leurs modes d'action sur l'auditoire ?

InfluArt.jpg Pourquoi ignorer que le seuil de l'auditoire en foule se situe autour de 12 personnes, et qu'en dessous de ce seuil, un animateur, un leader, un maître, dans le contexte d'un projet préalablement admis, peut s'il le veut faire participer chacun à la construction d'une conviction commune, au lieu d'avoir à faire adhérer d'abord l'auditoire dans son ensemble à ses vues puis de diriger autoritairement les échanges pour les faire converger ?

Comment, à l'époque du Web, ne pas apercevoir le terrain vierge, dans le domaine couvert par l'art de la parole, entre le "commerce" interindividuel (au sens classique le plus large du terme, du cadre familial au cadre contractuel) et le discours public ?

Comment ignorer, à l'époque du "dialogue des cultures", qu'une parole ne peut être comprise que dans un cadre communément admis, qu'un échange suppose l'acceptation d'une étiquette commune, et que l'imposition du cadre et de l'étiquette du plus fort ne peut être qu'un pis aller et la garantie d'un gaspillage considérable ?

Pouvons-nous abandonner le terrain d'expérimentation que peut-être le Web à un état de l'art inadapté, incomplet, potentiellement calamiteux ?

Merci de trouver quelques propositions de réponse dans ce blog, relatives aux sociétés virtuelles à objectif, en suivant dans ce blog le tag "étiquette" puis les autres tags car tout se tient, et c'est pourquoi on peut refaire le monde sans le détruire...